Un Maître

Me Tran Thanh, alias François Pavade, nait en 1954 au Viêt-Nam d’un père indien et d’une mère vietnamienne.

Durant sa jeunesse au Viêt-Nam, le pays connait de nombreux troubles et Me Tran ne doit son salut qu’à sa rencontre avec les arts martiaux. Il étudie de nombreuses années auprès de plusieurs experts vietnamiens dont un moine Shaolin. Puis d’expériences, de rencontres, d’échanges et de défis, Me Tran a synthétisé et conservé les principes et techniques qui lui paraissaient les plus pertinents pour l’ “efficacité en combat” et “l’agir dans la vie”.

L’école Kung-fu Binh Dinh nait à Bordeaux en 1979 et s’installe au 7 rue Cazalis à Bordeaux, en 1981.

En 1990, à la lumière de plusieurs rencontres en Chine et d’une pratique personnelle intense, Me Tran souhaite enrichir sa pratique d’éléments techniques et philosophiques issus de la boxe Tai Ji Quan (style Chen) auprès de Me Feng Zhi Qiang de l’école Chen et du Yi Quan auprès de Wang Xuang Jie.

Entre 1996 et 1998, c’est Me Li Jian Yu, élève direct du fondateur Wang Xiang Zhai qui viendra plusieurs fois à Bordeaux et lui permettra d’approfondir sa connaissance du Yi quan.

En juin 1999, Me Tran choisit de se retirer de l’enseignement des arts martiaux pour se consacrer à d’autres aspects de la « voie ». Il vend sa maison et la salle, confie la pérennité de l’école à ses plus anciens élèves, et s’installe dans la campagne landaise d’où il nous soutiendra, avec bienveillance, durant les années qui suivront.

Bien que l’école se soit quelque peu dispersée au départ du Maître, elle ne s’est pas dissoute grâce aux efforts de ses anciens. Force est de constater qu’un lien s’est tissé et que beaucoup ont gardé contact.

Depuis Septembre 2003, Me Tran est revenu à Bordeaux. N’ayant de cesse d’approfondir sa compréhension des arts martiaux tant externes qu’internes, il a élargi sa pratique aux dimensions du soin thérapeutique et préventif. Il continue de prodiguer son enseignement lors de quelques stages organisés à Bordeaux, occasion pour tous les clubs de se réunir.

Tranh N&B.jpg
Tranh Sabre.jpg

Me Tran Thanh en 1990

Un lieu

Cazalis.jpg

Le Wu guan de la rue Cazalis en 1992

En 1981, Me Tran achète un complexe immobilier composé d’une maison et d’une salle (anciennement hangar à bateaux) d’une surface d’un seul tenant d’environ 600m², exclusivement réservée à l’enseignement et à l’étude de la boxe Binh Dinh.
De très nombreux pratiquants se sont adonnés à l’étude des arts martiaux sino-vietnamiens dans ce cadre quelque peu rustique, mais particulièrement agréable et indéniablement chaleureux. Les anciens se souviendront des énormes poutres apparentes auxquelles pendaient les sacs de frappe, du parquet de contre-plaqué d’où dépassait parfois un clou (aïe!), des murs au plâtre effrité couverts d’armes dont la plupart des élèves ne se sont jamais servis, de l’autel avec son bouddha que chacun allait “saluer” en arrivant, avant le cours, … Le froid en hiver (malgré les bruleurs sensées chauffer la salle), la chaleur étouffante l’été, les plaques du plafond qui tombaient les jours de grand vent, le bruit de l’énorme cloche qui sonnait le début du cours…Autant de souvenirs que nous garderons de notre wuguan!

Et si certains n’ont consacré que quelques années à l’art et à la voie, il reste, à ce jour, des pratiquants de la première heure qui continuent de participer activement à la vie de l’école.

Durant 18 ans, à raison de plusieurs cours par jour (du lundi au samedi), une vingtaine d’instructeurs ont été formés en ce lieu. Quelques-uns sont devenus des professionnels de l’enseignement et ont ouvert un peu partout en France des écoles de Kung-Fu Binh Dinh.